20 novembre : la journée internationale des droits de l’enfant

Mercredi soir, tard, on pouvait téléviser ce reportage « Une enfance au travail : en Europe aussi ». Reportage bien moderne, absolument pas un retour sur les siècles précédents.
Un froid glacial est venu s’insinuer au fur et à mesure des tribulations de la journaliste en Italie, en Angleterre et en Bulgarie. Portrait mordant d’une société qui s’en va dans le mauvais sens. D’autant plus implacable que l’on peut voir dans nos petits ou grands coins cette inégalité, dont les enfants sont les premières victimes.

http://www.journee-mondiale.com/medias/images/journee/droit-enfant.jpg

Du coup, c’est l’occasion de dire et redire qu’arrive mardi  prochain, le 20 novembre, la journée internationale des droits de l’enfant. Cette journée vise à faire valoir la convention internationale des droits de l’enfant de 1989, signée par 191 pays sur 193 (la Somalie et les États-Unis ne s’engageant pas).  Journée symbole, importante pour rappeler ce que la convention affirme : l’enfant est une personne qui a le droit à l’éducation, à la santé, à la protection, à l’expression, aux jeux, à la culture, quel que soit le lieu où il est né.
« Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité » a déjà martelé l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan. Maintenant le travail réside dans la mise en application concrète, en essayant de ne pas reculer.
Je pense, depuis, à ce reportage de mercredi dernier, lorsque Poussin n°2 hésite entre son pantalon noir, ou le rouge, que Poussin n°4 grimace pour cause d’inexistence de self à toute heure à la maison, que Poussin n°1 ramène la moitié des livres de la bibliothèque municipale dans sa chambre… Ou encore, lorsque je vois les yeux ensommeillés de Poussin n°3 devant sa tartine, le matin, avant de partir, en retard, mais contente, à l’école.
Tant mieux pour les Poussins, et pourvu que ça dure. Mais la vraie réalité reste très difficile.
Voici un lien vers le site les droits de l’enfant, et leur dossier 20 novembre 2012, les droits de l’enfant 23 ans après, à visiter, et lire, un peu tous les jours.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>